We use cookies to understand how you use our site and to improve your experience. This includes personalizing content and advertising. By continuing to use our site, you accept our use of Cookies, Privacy Policy Term of use.
Video Player is loading.
Current Time 0:00
Duration 0:00
Loaded: 0%
Stream Type LIVE
Remaining Time 0:00
 
1x
203 views • October 10, 2021

Elections à haut risque en Virgine - Théorie critique de la race et corruption - La Chine en Afrique

C
Aux Etats-Unis, l’élection pour désigner le nouveau gouverneur de Virginie qui aura lieu dans quatre semaines à attirer l’attention au niveau national et pourrait être un premier test important avant les élections de mi-mandat l’année prochaine. La Virginie est devenue un État démocrate au cours de la dernière décennie, et cela fait longtemps que les républicains n'ont pas remporté d'élections dans cet État. Pourtant l'élection à venir semble très serrée entre l'ancien gouverneur démocrate Terry McAuliffe et le républicain Glenn Youngkin. Ce dernier, ancien PDG d'une grande société, est candidat pour la première fois. McAuliffe détient un avantage de quatre points pour l’instant : 48% à 44% pour Youngkin, avec 9% des électeurs de Virginie indécis ou soutenant quelqu'un d'autre, selon un sondage Fox News réalisé fin septembre. D’après les enquêteurs, « Cet avantage de quatre points se situe dans la marge d'erreur d'échantillonnage », donc la course reste très ouverte. La perspective de perdre le poste de gouverneur dans un État que l'actuel président Biden a remporté par 10 points aux élections de novembre dernier rend les démocrates nerveux. Au congrès américain, un groupe bipartite de législateurs présentera une nouvelle législation pour arrêter les personnes qui font la promotion de la corruption internationale, en réponse à l'enquête Pandora Papers. Les législateurs ont souligné les résultats qui ont mis en évidence comment des dirigeants mondiaux, des politiciens puissants, des milliardaires et d'autres ont utilisé des comptes offshore pour protéger des actifs d'une valeur totale de milliers de milliards de dollars au cours du dernier quart de siècle. Les plus de 330 hommes politiques actuels et anciens identifiés comme bénéficiaires des comptes secrets comprennent le roi de Jordanie Abdallah II, l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, le Premier ministre tchèque Andrej Babis, le président kenyan Uhuru Kenyatta, le président équatorien Guillermo Lasso, les associés du Premier ministre pakistanais Imran Khan et du président russe Vladimir Poutine. Toujours aux Etats-Unis, le ministère de la Justice a créé il y a 15 ans une section appelée Division de la sécurité nationale, qui se concentrait sur la conduite d'opérations de «contre-terrorisme et de contre-espionnage». Cependant, lorsque Joe Biden est devenu président en janvier, la mission de cette section a changé. Sous la direction du nouveau procureur général Merrick Garland, un nouveau mandat national pour la Division de la sécurité nationale a été annoncé. Selon Garland, la division mènera désormais des enquêtes sur « le harcèlement, l'intimidation et les menaces de violence contre les membres des conseils scolaires, les enseignants et les travailleurs des écoles publiques » des Etats-Unis. Oui, vous avez bien entendu : l’administration Biden a trouvé une nouvelle menace, pire qu’Al-Qaïda, que l’Etat islamique ou le parti communiste chinois : les parents d’élèves qui s’oppose à la théorie critique de la race! Comme il le confie dans sa biographie, La diplomatie n’est pas un dîner de gala, lorsqu’il est arrivé pour la première fois en Chine dans les années 60, l’ancien ambassadeur de France en Chine, Claude Martin, a été surpris par la préoccupation principale de la Chine en matière de politique étrangère. Contrairement à ce qu’il aurait pu penser, les Etats-Unis était loin d’être la préoccupation principale du régime chinois, la concurrence acharnée avec la Russie dans les relations avec les pays d’Afrique était au centre de tous les débats. Un des objectifs de ces relations tenait et tient toujours aux méthodes de fonctionnement de la plupart des organismes internationaux : un pays, une voix. C’est donc dans sa capacité à former des coalitions qu’un pays acquiert une possibilité d’accroître son influence politique à l’international. Par exemple, les décennies d'infiltration du régime chinois en Afrique ont porté leurs fruits le 12 mars dernier, lorsqu'il a obtenu le soutien de la Russie et de pays africains tels que l'Égypte et le
Show All
Comment 0