We use cookies to understand how you use our site and to improve your experience. This includes personalizing content and advertising. By continuing to use our site, you accept our use of Cookies, Privacy Policy Term of use.
Video Player is loading.
Current Time 0:00
Duration -:-
Loaded: 0%
Stream Type LIVE
Remaining Time 0:00
 
1x
156 views • October 31, 2021

La bataille pour le Texas déterminera l'avenir des Etats-Unis, et elle a lieu aujourd'hui

C
La crise migratoire engendrée par les politiques de Joe Biden est certainement l’une des pires de l’histoire des Etats-Unis. Les douanes et la protection des frontières ont annoncé il y a peu que plus de 1,7 million d'immigrants illégaux sont entrés aux États-Unis depuis octobre 2020, battant tous les records. Une source de la Border Patrol a déclaré à Fox News que jusqu'à 60 000 immigrants se rassemblaient du côté mexicain de la frontière et avaient l'intention d'entrer aux États-Unis dans les prochains jours en prévision de la réapplication de la politique de l'administration Biden. Parmi les 1,7 millions d’immigrants illégaux entrés cette année aux Etats-Unis, on compte plus de 1,1 million d'adultes célibataires, très majoritairement de jeunes adultes. La présence de ces jeunes célibataires représente une menace directe pour la stabilité sociale de la région. Mais ce n’est pas le seul problème. L’explosion de l’immigration illégale a accompagné l’explosion du trafic de drogue et du trafic d’être humain. En mai dernier le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a déclaré que la quantité de fentanyl saisie à la frontière était suffisante pour tuer toute la population de New York - près de 20 millions de personnes. Le Texas a en effet enregistré une augmentation de près de 800% en avril par rapport à avril 2020 de la quantité de fentanyl saisie par le ministère de la Sécurité publique. Jusqu’en 2017, une grande partie de ce fentanyl venait directement de Chine ; mais l’arrivée de Trump a compliqué la donne, et les cartels mexicains sont devenus les intermédiaires privilégiés. Comme le montre un article de France Inter, « La Chine reste le principal fournisseur de précurseurs, ces substances chimiques nécessaires pour produire médicaments… et drogues de synthèse. C’est pour cela que les cartels méxicains "ont établi des liens avec la Chine dès les années 1990-2000". » Maintenant il faut essayer de comprendre plus en profondeur le rôle du Mexique dans cette guerre. Il est important de noter que le mouvement communiste américain, et plus particulièrement Liberation Road, le principal groupe communiste pro chinois voient le Mexique comme la clé de la Révolution américaine. Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador a été élu en 2018. Comme il s’est plié aux demandes de Trump pour contenir l’immigration pendant qu’il était en poste, beaucoup de gens ont une impression positive d’Obrador. Pourtant la réalité est tout simplement à l’opposé. En tant que fan de Simón Bolivar, Obrador aimerait voir une nouvelle révolution pour unir tous les pays d'Amérique du Sud sous un même drapeau, sans frontière. Durant l’été, Obrador a fait un discours qu’on retrouve justement sur le site de Liberation Road et sur le site du parti communiste américain. Il y parle de la révolution bolivarienne et de la nouvelle révolution qu’il aimerait voir en Amérique. Simon Bolivar était le célèbre patriote qui a libéré plusieurs pays d'Amérique latine des Espagnols dans les années 1820, et il est aujourd'hui vénéré comme un héros en Amérique latine. Pour Obrador, la prochaine étape est de les libérer de l'hégémonie américaine. Le discours d’Obrador est assez policé mais pour comprendre son intention réelle, il suffit de trouver les phrases clés de son discours que voici ; deux phrases très claires : « La proposition n'est ni plus ni moins que de construire quelque chose de similaire à l'Union européenne. Nous devons définir ensemble des objectifs très précis ; par exemple, arrêter de rejeter les migrants, principalement des jeunes, alors que pour grandir, nous avons besoin d'une main-d'œuvre qui, en réalité, n'est pas suffisamment disponible aux États-Unis ou au Canada. » Obrador a commencé sa carrière au Mexique au sein du PRI, le Parti Révolutionnaire Institutionnel qu’il a quitté en 1983 pour participer en 1989 à la fondation du Parti de la révolution démocratique. Il a fondé en 2012 le Mouvement de régénération nationale (MORENA) avec lequel il a conquis le pouvoir en 1998. Récemment, les services de renseignement
Show All
Comment 0