We use cookies to understand how you use our site and to improve your experience. This includes personalizing content and advertising. By continuing to use our site, you accept our use of Cookies, Privacy Policy Term of use.
Video Player is loading.
Current Time 0:00
Duration 0:00
Loaded: 0%
Stream Type LIVE
Remaining Time 0:00
 
1x
95 views • July 5, 2022

Chine: de la guerre des factions vers la guerre mondiale - "Nous sommes la dernière génération"

C
Le 17 juin dernier, le Bureau politique du Parti Communiste chinois a tenu sa réunion mensuelle. Mais alors que cette réunion a traditionnellement lieu à la fin du mois, cette session a été avancé de 15 jours, ce qui a alerté les observateurs qui ont cherché à comprendre quelle urgence nécessitait un tel changement. La semaine dernière, Xi Jinping s’est rendue à Hong Kong pour célébrer le 25e anniversaire de la rétrocession et introniser le 6e gouvernement : C’est la première fois en 2 ans qu’il ose quitter la Chine continentale, et la deuxième fois qu’il va à Hong Kong. Xi Jinping a osé sortir de Chine continentale, mais il n’a pas osé dormir à Hong Kong. La réunion du bureau politique organisée en urgence mi-juin a eu lieu seulement 4 jours après que Xi Jinping ait signé, le 13 juin, une ordonnance promulguant un ensemble de mesures sur les opérations militaires autres que la guerre. Le 24 juin, Zhao Kezhi, le plus haut responsable chinois en charge des forces de police, a été officiellement remplacé au poste de ministre de la Sécurité publique par Wang Xiaohong, un proche allié de Xi Jinping. Wang Xiaohong, 65 ans, était responsable de la sécurité personnelle de Xi quand ce dernier était secrétaire du Parti de la ville de Fuzhou, secrétaire adjoint du Parti de la province du Fujian et gouverneur de la province du Fujian. Le vice-ministre de la Sécurité publique déjà purgé, Sun Lijun, a été accusé d'« ambitions politiques » et d' « activités de gangs » qui « mettent gravement en danger la sécurité politique ». Un ensemble de terme qui laisse supposer une forme de coup d’état. Zhao, en tant que patron de Sun, pourrait être impliqué. Le Premier ministre chinois Li Keqiang a organisé une réunion sans précédent le 25 mai pour parler des problèmes économiques en Chine. Pas moins de 100 000 fonctionnaires du régime ont dû assister à cette réunion, soit sur place, soit par visio-conférence. Lors de cette réunion, Li Keqiang a averti que depuis mars, les indicateurs économiques de la Chine étaient mauvais, voire pires qu'en 2020, lorsque l'économie avait été touchée par l'épidémie. Les recettes fiscales du gouvernement central ont chuté de 5,9 % en avril, et les recettes fiscales des collectivités locales ont chuté encore plus rapidement, de 6,6 %. Li Keqiang a également sous-entendu que le gouvernement central ne serait plus en mesure de soutenir les gouvernements locaux. Toutes les grandes villes proches de Shanghai ont été fortement impactées par le confinement inhumain de Shanghai. Les revenus de Nanjing ont chuté de 54,9 %, Suzhou de 49,6 %, Hangzhou de 37 %, Ningbo de 36,1 %. Pourtant, ça n’a pas empêché Li Qiang d’être réélu il y a quelques jours secrétaire du parti de Shanghai, ce qui lui ouvre un chemin sûr pour ses ambitions nationales. Le zèle de Li Qiang, désastre économique, a bien été récompensé politiquement. Un million de Chinois n'ont pas pu accéder à leurs dépôts bancaires dans la province du Henan (centre de la Chine) plus tôt cette année. Mais ces derniers jours, les résidents de Shanghai (est de la Chine), de Shenzhen (sud de la Chine), de Dandong (nord de la Chine) et de Jiujiang (centre-est de la Chine) ont signalé les difficultés auxquelles ils étaient confrontés lorsqu'ils tentaient de retirer de l'argent de leurs comptes bancaires. Certaines banques ne servent qu'un nombre limité de clients par jour, d’autres limitent le retrait de chaque client à 1 000 yuans (environ 149 dollars) et d'autres ont tout simplement fermé leurs succursales. Même les guichets automatiques sont vides. L’agression de l’Ukraine par la Russie a ouvert une nouvelle séquence historique. Est-ce que Taiwan sera la prochaine étape ? Personne aujourd’hui ne peut plus rejeter cette question d’un revers de la main. En réalité, Xi Jinping a régulièrement et publiquement appelé l’armée chinoise à se préparer pour la guerre ces dernières années. Au mois de mai, une vidéo d’une réunion militaire dans le Guangdong a fuité sur internet. En 1955, Mao a justement parlé à plusieurs reprises de la Troisième Guerre mondiale.
Show All
Comment 0